Inauguration du 7 mai 2015 (logo)Inauguration du 7 mai 2015

Livret concours Souvenir Français (CM2) et outil de recherches en lignes sur les soldats du monument aux morts (CM1)

Article publié dans Ouest-France et dans le Télégramme
JPEG - 32.2 ko
7 mai 2015

L’école publique Germaine-Tillion vient de présenter un livret réalisé par les élèves de CM2, dans le cadre du concours 2015 du Souvenir français sur le thème des « Tranchées en 1915 ». Elle vient également de lancer l’outil en ligne de recherches sur les soldats du monument aux morts.« De Gaulle a présenté la Seconde Guerre mondiale comme une guerre de 30 ans, commencée en 1914 et terminée en 1945. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi le 7 mai comme point d’étape du travail de commémoration réalisé par les élèves pour le centenaire de la Première Guerre mondiale, car ces événements sont étroitement liés », a expliqué le directeur Thierry Guyard.

Devant les maires de Pluneret et de Sainte-Anne-d’Auray, le président des anciens combattants, le responsable du Souvenir français et les représentantes des Archives départementales, les élèves du CM2 de Catherine Missoury et Céline Batarière ont présenté le livret. Celui-ci a été réalisé à partir du travail mené aux archives et en classe sur les carnets de guerre et les lettres de poilus.

Intense et minutieux

Le travail de recherches sur le monument aux morts a été complété par l’étude d’un roman, Les Godillots. Les élèves ont également réalisé des bandes dessinées sur 14-18, sous la direction de l’illustrateur Gwenolé Le Dors, lors des Temps d’activités périscolaires (Taps).

« Les outils informatiques et internet nous permettent désormais de retracer le parcours d’un poilu », explique Nicolas Parthenay, enseignant. Un travail intense et minutieux a été mené sur les 117 natifs de Pluneret et de Sainte-Anne qui figurent sur le monument aux morts, avec l’épouse de Pascal Mabin, président de la section Unacita de Pluneret.

« Les élèves vont compléter toutes ces informations en travaillant sur les actes et lieux de naissance et en réalisant une carte interactive sur internet. L’an prochain, nous envisageons de solliciter les familles des poilus pour une collecte de documents, afin d’enrichir les pages. »